cambuzatfr

françois r. cambuzat

Français, né à Saïgon, Viet-Nam. La musique et l’écriture  depuis toujours sont ses jardins secrets,

cernés comme des manières autonomes de pouvoir voyager librement. Tout d’abord bassiste

puis saxophoniste (résident à Bedford Stuyvesant, à dix-sept ans il jouait avec DIZZY GILLESPIE

au Blue Note de New York), sa vie fut sauvée de la misère américaine par le rock’n’roll

en interviewant IGGY POP et devenant ainsi journaliste indépendant pour divers médias

nationaux et internationaux.


De court retour en France, il n’eut de cesse de la fuir. François R. déménagea à Londres,

puis à Rome où il créa en tant que guitariste et chanteur le groupe THE KIM SQUAD qui signa

pour la Virgin Italy et vendit plus de 100.000 copies, réalisant d’interminables tournées internationales (entre autres deux fois six mois en Union Soviétique).


Trois jours après la chute du mur de Berlin, il y déménagea et créa le groupe IL GRAN TEATRO AMARO, un projet acoustique déclinant musique classique contemporaine et sauvagerie anarco-punk, en travaillant avec LUCIANO BERIO et Mauricio Kagel (entre autres) avec des décors de EMANUELE LUZZATTI (scénographe original d’Igor Stravinsky pour L’Histoire du Soldat, puis du Teatro della Tosse, de Gênes, Italie). Il Gran Teatro Amaro signa trois albums sur le prestigieux label d’avant-garde RECREC et fut entre autres invité au festival DOCUMENTA de Kassel (D).


Après l’énorme succès de ce projet dans l’espace germanophone (avec des pointes de deux cents représentations par an), fatigué de prêcher aux convertis, François R. Cambuzat créa L’ ENFANCE ROUGE avec l’idée de passer dans le rock certaines pensées révolutionnaires de la musique contemporaine –atonalité, déconstruction, temps impairs– tout en gardant une pulse primaire, moderne et populaire.


En 2008, François R. Cambuzat revient en France, au quartier Saint Jacques de Perpignan. Intégré avec bonheur dans la communauté gitane, il s’y perd en flamenco avec le maître Alain Diaz. En 2010, il donnera ses premiers concerts de guitare flamenca soliste tout d'abord en Asie Centrale.


François R. Cambuzat fonde ensuite le PUTAN CLUB, une polymorphe cellule d’intervention artistique développant une interaction entre musique, poésie et arts graphiques, projet ayant des pointes de plus de 200 concerts annuels dans le monde entier. Il y invite divers détonateurs culturels dont la poétesse américaine LYDIA LUNCH pour une création au Théâtre Garonne, scène européenne de Toulouse.


En 2013 dans le désert du Taklamakan et sur le Karakoram (RPC), François R. Cambuzat commence la réalisation d’un très vieux rêve: voyager au plus lointain de pays intouchables, rechercher et composer avec d’incroyables musiciens locaux, en fondant la TRANS-AEOLIAN TRANSMISSION, filmant et enregistrant ce projet conjuguant Road-Movie & Concert. « Xinjiang, Taklamakan & Karakoram » est la première réalisation de la Trans-Aeolian Transmission : un concert/documentaire dont la Première en concert a lieu à Pékin en avril 2014 lors du Festival Croisements de l’ambassade de France, la première concert+projection en mars 2015 au Théâtre Mayakovsky de Douchanbé, Tadjikistan. Au fil des ans, de nombreuses restitutions auront lieu dans le monde entier (Musée des Confluences de Lyon, FMM Sines, Offest, Musée d'ethnographie de Genève, Théâtre Anthéa Antibes...)


En 2014, l’acteur Denis Lavant et François R. Cambuzat lancent leur MACHINE ROUGE (Krasnaya Mashina), une transe littéraire et sauvage faite de détournements de techniques poétiques et musicales d’extase et d’envol. La création ainsi que la première eurent lieu à Pékin en mars 2015, lors du Festival Croisements de l’ambassade de France en Chine.


En juin 2016 il publie la première vidéo du projet RUUHAANIIA avec le célèbre chanteur classique arabe Lotfi Bouchnak, une élévation entre doua’ (invocations sacrées) et un certain néo-métal post-industriel. La vidéo déclenche l’ire des intégristes musulmans du monde entier et totalise plus de 900.000 vues sur internet en neuf heures seulement.


En 2015/2016,  François R. Cambuzat passe plus de deux ans dans le Sahara tunisien pour une création avec le rituel adorciste de Sidi Marzûg. Ce Concert+Film est la deuxième réalisation de la Trans-Aeolian Transmission. Fort d'un succès international, cette réalisation devient un groupe musical, l'IFRIQIYYA ELECTRIQUE et « Rûwâhîne » , le premier album de l’Ifriqiyya Electrique est publié par le label Glitterbeat Records. En juillet 2017, l’album  est à la 4ème place du Transglobal World Music Chart (USA) et à la 6ème place du World Music Charts Europe et l'Ifriqiyya Electrique est invitée par de prestigieux festivals tels Sziget (H), Les Vieilles Charrues (F), Womad (UK), Roskilde (DK), FMM Sines (PT), Womex 17 (PL)...  Le deuxième album de l'Ifriqiyya Electrique "Laylet el Booree" publié par Glitterbeat Records en avril 2019 est immédiatement catalogué "album de l'année" par divers médias nationaux et internationaux (Guardian, BBC, Télérama, FIP, etc...) et est sold-out en moins d'une semaine. Une longue tournée promotionnelle (plus de 60 dates) a lieu jusqu'en décembre 2019.

En 2017, François R. Cambuzat réside au Dersim (kurdistan turc) pour une recherche sur l'alévisme. Ceci sera le 3ème recherche/film/concert de sa TRANS-AEOLIAN TRANSMISSION, dont le montage est conclu en 2019.

Lors d'un voygae au Tadjikistan, fulminé par le falak et les musiques du 
Haut-Badakhchan, en 2017 François R. Cambuzat jette les bases d'une nouvelle création de la Trans-Aeolian Transmission. Il y séjourne plusieurs fois et y prépare une longue résidence de recherche et création (2020).

En 2019, François R. Cambuzat achève l'enregistrement de LOW HOUSE avec le poète/journaliste américain EUGENE S. ROBINSON. L'album sera publié en 2020.

La Trans-Aeolian Transmission, le Putan Club, l'Ifriqiyya Electrique et la Machine Rouge sont ses créations qui tournent régulièrement chaque année dans le monde entier. Au fil des tournées, François R. Cambuzat est aussi l'instigateur du GRAND ORCHESTRE DU DESASTRE, un ensemble/atelier de musiques com-provisées avec musiciens et non-musiciens de tout âge et formation.


François R. Cambuzat est le directeur artistique du Festival Trasporti Marittimi (UE).


François R. Cambuzat a publié 22 albums discographiques et a effectué plus de 5000 concerts dans le monde entier.


François R. Cambuzat travaille et créé actuellement divers projets avec Lotfi Bouchnak (TN), Lydia Lunch (USA),  Eugene S. Robinson (USA) et Denis Lavant (F).



Discographie


The Kim Squad “Young bastards”,Virgin Italy, 1987

François R. Cambuzat “Notre-Dame des Naufragés”, Virgin Italy, Stile Libero, 1988

François R. Cambuzat canta il Gran Teatro Amaro “Uccidiamo Kim”, Virgin Italy, 1990

Il Gran Teatro Amaro “Port Famine”, RecRec Zürich, Suisse, 1991

Il Gran Teatro Amaro “Hôtel Brennessel”, RecRec Zürich, Suisse, 1993

Il Gran Teatro Amaro “Piazza Orphelins”, RecRec Zürich, Suisse, 1995

François R. Cambuzat et les Enfants Rouges “Swinoujscie-Tunis”, L’Enfance Rouge, 1995

François R. Cambuzat et les Enfants Rouges “Taurisano-Cajarc”, Polygram Italy, 1998

François R. Cambuzat et les Enfants Rouges “Reus-Ljubljana”, L’Enfance Rouge 1998

L’ Enfance Rouge “Davos-Leros”, Audioglobe Firenze, Italie, 2000

L’ Enfance Rouge “Rostock-Namur”, Audioglobe Firenze-L’Enfance Rouge, Italie, 2002

L’ Enfance Rouge "Krško-Valencia", Wallace Records, Italie, 2005

L’ Enfance Rouge "Krško-Valencia" (+ inédits), T-Records, France, 2006

La République du Sauvage "Constitution",, Irfan (F) + Wallace Records (I), 2007

L’ Enfance Rouge "Trapani-Halq al Waady", T-Records (F) + Wallace Records (I), 2008

L’ Enfance Rouge "Bar-Bari", Les Disques de Plomb (F) + T-Rec (F) + Wallace Records (I) + Musica per Organi Caldi (I), 2011

Le Grand Orchestre du Désastre "setlasevir", Great Arabian Recordings, 2011

L’ Enfance Rouge + Eugene S. Robinson "The First Will & Testament", Un Jour Peut Etre, 2013

Lydia Lunch’s Putan Club "Don’t pressure the man with the knife", Un Jour Peut Etre, 2013

Ifriqiyya Electrique "Rûwâhîne", Glitterbeat Records, 2017

Putan Club "Filles de Mai", Toten Schwan, 2017

Ifriqiyya Electrique "Laylet el Booree", Glitterbeat Records, 2019

+ 53 diverses compilations



Filmographie


Trans-Aeolian Transmission "Xinjiang, Taklamakan & Karakoram", chamanisme et Dolans en pays Ouïghour (RPC),  2015

Trans-Aeolian Transmission "Ifriqiyya Electrique", rituel adorciste de Sidi Marzug, Désert du Djérid (TN), 2016

Trans-Aeolian Transmission  "Alevilik Aşkına", modernité de l'alévisme, Kurdistan (TR) - 2019 



Liens


Ifriqiyya Electrique

Machine Rouge (avec Denis Lavant)
Low House (avec Eugene S. Robinson)
Putan Club

Ruuhaaniia (avec Lotfi Bouchnak)

Trans-Aeolian Transmission

Trasporti Marittimi

Grand Orchestre du Désastre


Lettre de soutien de la part du service culturel de l’ambassade de France à Pékin.

Lettre de soutien de la part de l’Institut Français de Tunis.


Quelques vidéos


Machine Rouge (avec Denis Lavant)
Ifriqiyya Electrique
Ruuhaaniia (avec Lotfi Bouchnak)
Putan Club 
Lydia Lunch’s Putan Club (Théâtre Garonne)



Extraits de presse


...  singularités qui donnent le parfum à des compositions réactives, douces et acides, une géographie onirique hors sentiers battus. 

Le Monde de la Musique - F


... L' ovni de la saison. On y respire le parfum de  liberté... Libération – F

Incroyablement novateur…ce nouvel opus est un must…C’est bien simple : il peut se targuer d’avoir défini un territoire sans pareil. On se réjouit au plus haut point de pouvoir entendre, chose rare, un son complètement nouveau. Une expérience. Un flux irrésistible.   Muzzart - F


...périple particulièrement dépaysant: la musique y ressemble aux pentes du Vésuve un lendemain d'éruption  … guitares à la combustion lente, qui explosent parfois en geysers de feu et percent d'imprévisibles crevasses. Cette façon de travailler l'électricité  -au pinceau plutôt qu'au gourdin-  pousse la notion de savoir-faire musical dans ses retranchements plus inédits … en France, peu de musiciens semblent en mesure de signer de pareils scénarios. Les Inrockuptibles - F 


Rencontre ovni avec les musiciens du cru…ne caresse pas l’oreille dans le sens du poil…La lumière est dans son authenticité primitive et son exultation hardcore, jusque dans le remix final, clin d’œil techno au pouvoir universel de la transe. ƒƒƒƒ Télérama - F

Et si l’avenir, c’était la transe ? Comme une réponse au vertige kafkaïen de nos sociétés connectées… Pas question donc, ici, d’édulcorer le soufisme du projet ou d’en faire un vernis un tant soit peu pittoresque : la transe, la vraie, est au cœur de l’expérience comme un écho millénaire à l’origine sacrée de tous les arts premiers… FIP - F

Un des enregistrements musicaux les plus puissants de cette année. Ce n'est pas un album de morceaux ou de chansons, mais quelque chose qui rentre vraiment dans la nature rituelle de la musique et la transforme en une incroyable performance artistique…François R. Cambuzat superpose cette puissante musique soufie aux guitares électriques et ordinateurs pour créer quelque chose d'extrêmement vital et saisissant… ***** Evening Standard - UK

le meilleur album de l'année 2019… Bandcamp - Worlwide


…La collusion des mondes plonge l'auditeur dans un paysage imaginaire irréel, entre bas-fonds urbains et vertige désertique, entre langueur chaleureuse des mélopées arabes et urgence crue et répétitive des énergies électriques européennes. Une musique à la fois lucide et hallucinée… Mouvement-F


…On est voyagé, bercé d’instruments exotiques, quand –BANG !- on se retrouve secoué comme rarement dans une furie électrique digne des bons jours d’Einstürzende Neubauten... Reste que l’on n’imagine pas dorsale nord-sud plus coupante de celle-ci. Et qui remonte bien plus haut , et bien plus bas. D’un côté, le faste oriental et velouté que conduit un maître de l’oud, de l’autre une pure virtuosité du chaos, résolument déchaînée, entre dégringolade de larsens et ruptures sismiques…  Magic-F


… Ce qui impressionne en premier lieu c’est la maîtrise totale que possède François R. Cambuzat de son art derrière une apparence atonale et fracassée. Toujours au bord de l’implosion, c’est sur le fil du rasoir que François R. a choisi de se positionner, choix duquel découle une impression de tension quasi-permanente, mais qui porte souvent les morceaux à incandescence. (…) Sa musique possède une vie propre, un côté très organique, mouvant, qui capte fortement l’attention, et c’est bien là sa force : un style farouchement singulier qui ne peut laisser indifférent et qui parle à la fois au cerveau et aux tripes. Un album qui ne cherche pas à séduire, mais qui finalement convainc par sa cohérence, son originalité, et l’adéquation parfaite entre son message, jamais complaisant, et son esthétique qui tranche dans le vif… 

Versus Magazine - F


Encensés par le Sonic Youth Thurston Moore et annoncés comme expérimentaux et dérangeants, L’Enfance Rouge a littéralement achevé (dans le bon sens du terme) les spectateurs de cette soirée. Ce trio guitare basse batterie dégage une puissance peu commune, un véritable cataclysme sonore où la chanson  est broyée par une guitare génialement bruitiste, une basse monstrueusement groovy et une batterie violemment jazzy  (…) La musique de François R. Cambuzat est perturbante à s’en relever la nuit ou à se coucher au petit matin, rassuré par le lever du soleil. Il y a fort à parier qu’on reparlera longtemps du passage de ce groupe. Déluge sonique sur scène, scotchant sur disque. Concert&co.com


... Innovant et courageux... London Evening Standard (UK)


…Comment enrichir la musique du monde traditionnel sans être déshonoré? ...François R. Cambuzat le formule : avec "élévation, sueur, sang, poésie et larmes.  Written In Music (USA)


Démonstration complètement fulgurante, démonstration de présence scénique tout simplement exceptionnelle, fougue énergie, et démonstration d'une puissance tout simplement foudroyante. Autant dire qu'il était impossible de résister, un concert asseyant définitivement tout le bien qu'il est possible de penser d'eux. Parfait ! Comme d'habitude...  Xsilence.net                                             


Cet album dans lequel émerge avec force l'orgueil de sa propre indépendance. Il Mucchio – I


... instrumentiste qui s’est mis en tête de dépasser le seuil de tout genre et de tout temps...  La Repubblica - I


... une mélancolie rageuse et jamais vaincue, l'orgueil de la propre indépendance,physique et intellectuelle.   Brain - I


...un des disques parmi les plus beaux de ces derniers mois. Magistrale expérimentation électro-acoustique ...  Raro - I


... la nudité et la radicalité d'un bruitisme conceptuel, d'un son perméable à l'improvisation, d'un tribalisme atonale et d'un minimalisme technique confrontés à un gigantisme conceptuel aux effets explosifs.  Rockerilla – I


... manifeste de liberté et d' idéalisme ... monologues crus et peu disposés au compromis, juste comme la musique qui les soutient ... musique pour qui ne se rend pas ...   Rumore - I


Inquiet, apatride et décharné. François R. Cambuzat est un des rares pour qui je mettrai la main sur le feu pour sa sincérité, culturelle et humaine / intuitions guitaristiques, introspection sonique / phrases chargées de force dans la métrique pire que la foule dans les wagons du métro de Tokyo / maximum des votes avec irrévérence académique / disque de la saison. Music Club – I



Hâte-toi de transmettre ta part de merveilleux, de rébellion, de bienfaisance,

sinon tu seras en retard sur la vie, la vie immédiate.

René Char